31 octobre 2014

RUE DES BOUTIQUES OBSCURES – PATRICK MODIANO

RUE DES BOUTIQUES OBSCURES - MODIANO

P. Modiano, Rue des Boutiques Obscures, Éditions Gallimard, Paris, 1978, 250 p.

 

 

 

Patrick Modiano a dit : « Le Goncourt, c’est un peu comme l’élection de Miss France. Sans avenir ».

Si le Prix est sans avenir, c’est dans le passé que se trame le scénario du roman qui lui permit de l’obtenir en 1978.

Je ne vais pas résumer le roman, maintes et maintes fois commenté sur les blogs littéraires. La présentation de l’éditeur est d’ailleurs parfaite : « Que reste-t-il de la vie d'un homme ? Une photo, au fond d'une boîte ou d'un tiroir, des papiers administratifs, quelquefois une fiche de police ou un nom dans un Bottin. Et aussi les souvenirs de ceux qui l'ont connu ou rencontré. Ils seront de moins en moins nombreux et leurs souvenirs de plus en plus vagues. Ainsi l'écho d'une vie décroît-il jusqu'à s'éteindre tout à fait. A supposer que quelqu'un puisse revenir sur terre après sa mort, que retrouverait-il de lui dans les lieux qui lui étaient familiers et dans la mémoire des autres ? Et qui pousse un certain Guy Roland, employé dans une agence de police privée que dirige un baron balte, à partir à la recherche d'un inconnu disparu depuis longtemps ? Le besoin de se retrouver lui-même après des années d'amnésie ? Au cours de sa recherche, il recueille des bribes de la vie de cet homme qui était peut-être lui et à qui, de toute façon, il finit par s'identifier. Comme dans un dernier tour de manège, passent les témoins de la jeunesse de ce Pedro McEvoy, les seuls qui pourraient le reconnaître : Denise Coudreuse, Freddie Howard de Luz, Gay Orlow, Dédé Wildmer, Scouffi, Rubirosa, Sonachitzé, d'autres encore, aux noms et aux passeports compliqués, qui font que ce livre pourrait être l'intrusion des âmes errantes dans le roman policier ».

J’ai plutôt envie d’évoquer ma frustration et mon désappointement à la lecture de ce qu’une certaine majorité proclame comme chef-d’œuvre. « Vivre, c’est s’obstiner à achever un souvenir », écrit René Char (citation d’ailleurs reprise en épigraphe au roman Livret de famille). L’écrivain se lance en effet ici dans la ressouvenance égarée d’un puzzle identitaire qu’il ne parviendra pas à achever à l’issue d’un roman à l’atmosphère trouble, complexe, que j’ai aussi trouvée confuse. Une interview qu’il avait accordée en 1990 confirme ce sentiment : « Ma recherche perpétuelle de quelque chose de perdu, la quête d'un passé brouillé qu'on ne peut élucider, l'enfance brusquement cassée, tout participe d'une même névrose qui est devenu mon état d'esprit ». Un aveu – si l’on peut dire –, qui conforte l’embarras que j’ai éprouvé de pages en pages ; une névrose que l’on peut que percevoir en filigrane de cette quête inachevée. J’ai lu qu’il n’est pas rare qu’une œuvre littéraire « renverse le rapport entre la question et la réponse et confronte le lecteur, dans la sphère de l'art, avec une nouvelle réalité "opaque", qui ne peut plus être comprise en fonction d'un horizon d'attente donné ». J’adhère à cette communication après avoir lu Rue des boutiques obscures : à aucun moment je n’ai trouvé réponse aux questions posées par ce roman. Au fur et à mesure que j’avançais avec le narrateur dans l’élucidation de sa recherche, peu à peu je m’éloignais avec lui des convictions qu’il acquerrait. C’est là que je n’ai pas trouvé « mon compte » de lectrice : pas d’indice imaginaire qui aurait pu me propulser dans un après fantasmé.

« Ce livre pourrait être l’intrusion des âmes errantes dans le roman policier », souligne l’éditeur. C’est vrai. Modiano construit son texte comme un polar. J’attendais, comme le narrateur, le moment de vérité qui donnerait sens à la quête. Mais il n’est jamais venu. Je me suis toujours demandé si mes suppositions étaient justes. Même si « ce qui est important dans une œuvre, c’est ce qu’elle ne dit pas » (P. Macherey), je n’ai pas pu – pas su – trouver de clé pour résoudre la pseudo-énigme posée par le monologue tourmenté du personnage principal en proie aux spectres de son passé.

Habituellement peu dérangée par les allers-retours – parfois imprévisibles – entre passé et présent dans d’autres œuvres d’autres auteurs, j’ai été déconcertée par la façon dont Patrick Modiano traite son récit : une impression désagréable de me trouver dans un labyrinthe avec des indications floues, parfois contradictoires. Pas d’unité. Pistes brouillées…

Je me suis laissé dire que toute l’œuvre de Modiano (et dieu sait qu’elle est prolifique) est ainsi construite. Alors, je ne crois pas que j’irai plus loin dans la rencontre avec cet auteur qui, j’en conviens, écrit bien. Certes, c’est banal, convenu et peu original de conclure ainsi la chronique d'un roman (qui a obtenu le Goncourt) d’un romancier qui vient de recevoir le Prix Nobel de Littérature. Certes…


Commentaires sur RUE DES BOUTIQUES OBSCURES – PATRICK MODIANO

    Je l'ai lu à 21 ans, dans l'allégresse obscure de ma propre jeunesse et s'il ne m'en reste rien, j'avais le souvenir d'avoir aimé, alors pourquoi ne l'ai-je jamais relu depuis ? J'ai tenté moi aussi la semaine dernière avec "Dans le café de la jeunesse perdue" et je m'y suis complètement perdue ! Pourtant j'ai l'habitude des allers retours comme toi, mais là on ne sait même pas qui est le narrateur à la page 50 et le style ne m'a pas assez emballée pour que je poursuive. Donc c'est un abandon en ce qui me concerne, je n'en parlerais probablement pas car je trouve malhonnête de dire du mal d'un livre dont on n'a lu que 53 pages... mais je n'en pense pas moins ! Tu dis exactement ce que je pense !

    Posté par Asphodèle, 31 octobre 2014 à 16:26 | | Répondre
    • Comme le dit Marilyne sur FB, je suis d'une nature intellectuelle curieuse. Mais honnête. Je n'ai pas eu l'envie d'abandonner ce roman avant sa chute. Je l'ai lu avec un réel intérêt. Mais voilà. Lorsque j'ai tourné la dernière page, je me suis dit qu'il s'agissait d'un roman laissé en suspens, PAR l'auteur mais pas POUR le lecteur. En tout cas, pour moi...

      Posté par Littér'auteurs, 31 octobre 2014 à 20:33 | | Répondre
  • Ton billet est rafraîchissant après la pluie d'éloges qui s'est abattue suite à son Nobel (que je ne comprends pas du tout. Je n'ai rien contre Modiano sur le principe mais j'ai quand même été choquée par un tel choix).
    Ce roman est le seul Modiano que j'aie jamais fini (j'ai abandonné au bout d'une dizaine de pages le titre cité par Asphodèle et un autre qui ne me revient pas). Je serais moins critique que toi sur celui-ci mais, nous sommes d'accord, on est loin du chef d'œuvre...

    Posté par Flo, 31 octobre 2014 à 17:26 | | Répondre
    • Je m'attendais à une "pluie de reproches", Flo. Comment ? Elle ose ? Elle se met en porte à faux avec le ban - presque - général ? Et je m'aperçois que certains ressentent comme moi. Me voici rassurée de me retrouver au sein d'une autre communauté d'idées que celle qui, sous le prétexte de l'ovation du bien-lisant, ne s'autorise pas à lever une once de réticence....Cela dit, même si je redouble de platitude, ce texte est bien écrit, j'en conviens !

      Posté par Littér'auteurs, 31 octobre 2014 à 20:28 | | Répondre
      • A l'annonce du Nobel, j'ai clairement indiqué la couleur sur mon blog et Twitter : j'assume et je crois que chacun devrait se prendre par la main et dire ce qu'il pense que les autres soient d'accord ou pas. Tu as très bien fait d'écrire ce billet, non pas parce que je suis d'accord avec sa tournure générale, mais parce qu'il diffère de la majorité des propos lus. Le consensus me semble toujours suspect...

        Je ne me souviens plus de l'écriture mais je ne suis pas sûre que la question soit là, sinon il faudrait décerner plusieurs Nobel de littérature tous les ans. J'ai beau être critique, des auteurs qui écrivent bien ce n'est pas ce qui manque et, d'ailleurs, le Nobel n'est pas supposé être décerné sur ce (seul) critère.

        Posté par Flo, 05 novembre 2014 à 17:29 | | Répondre
  • Comme Asphodèle je l'ai lu dans ma jeunesse et aimé, ainsi que plusieurs autres. Modiano, ça ne s'explique pas, on entre dans son univers ou pas, en tout cas tu n'y trouveras jamais rien de net et de résolu, le flou est son domaine. J'ai acheté "place de l'étoile" pour le relire. J'ai un peu peur de ne pas y retrouver ce que j'ai aimé jadis. On verra.

    Posté par aifelle1, 31 octobre 2014 à 18:40 | | Répondre
    • Rien que parce que j'ai lu que dans ce roman, un allemand perdu dans Paris demande à un passant où est "la place de l'Étoile" et que ce dernier lui désigne le côté gauche de son corps... rien que parce que... j'ai eu l'idée d'en savoir plus... mais, si la veine est la même, je ne m'y retrouverai pas....

      Posté par Littér'auteurs, 31 octobre 2014 à 19:50 | | Répondre
  • Lu il y une éternité... et je me rends compte qu'il ne m'en reste pas grand chose...

    Posté par Noukette, 05 novembre 2014 à 11:09 | | Répondre
Nouveau commentaire