02 novembre 2014

LES DÉSORDRES - Jean Sénac

JEAN SENAC LES DESORDRES

QUARTIER BLANC

   à R.P.

Si tu viens un jour
je ferme les yeux
je laisse les yeux
je laisse le bleu
mordre

Mais tous les printemps
ne sont pas présents
dans une seule
vie

Toi tu prends le marbre
l’or les églantiers
moi je garde dans mes plaies
le sable

Un jour si tu rentres
dans le jardin clos
tu verras mes os
fleurir

Le lilas griffer
la rose blanchir
et les orties tordre
l’été.

  Oran, février 1953

**********

signature jean sénac

Jean Sénac, fils bâtard d’une modiste espagnole et d’un coiffeur français, est né en 1926 à Béni-Saf, port minier algérien. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, il se lie à de nombreux écrivains. C’est à Albert Camus qu’il doit sa première publication, Poèmes, dans la collection «Espoir» chez Gallimard, avec une préface de René Char. Entre 1954 et 1962, Jean Sénac s’installe en France, mais participe à la lutte du peuple algérien. Quand il retourne en Algérie, il prend des fonctions officielles dans l’Union des écrivains. Son homosexualité affichée, sa critique d’une nouvelle nomenklatura ne plaisent pas. Dans la nuit du 29 au 30 août 1973, il est poignardé dans le taudis où il vivait.

 

Posté par C Martine à 09:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur LES DÉSORDRES - Jean Sénac

  • Je connaissais vaguement de nom mais ce que tu offres à lire est bouleversant ! Et quelle vie ! (l'OAS ne faisait pas de détail) (le FLN non plus cela dit)

    Posté par Asphodèle, 02 novembre 2014 à 10:58 | | Répondre
    • Un poète chrétien, homosexuel, socialiste et libertaire qui a rejoint dès 1955 la cause de l'indépendance algérienne.

      Posté par Littér'auteurs, 02 novembre 2014 à 12:55 | | Répondre
  • Merci pour la découverte... Bon dimanche, Martine.

    Posté par Anne, 02 novembre 2014 à 11:55 | | Répondre
    • J'aime ce que ce poète a écrit, Anne. Et j'aime aussi la manière dont il a vécu son écriture et sa personnalité.

      Posté par Littér'auteurs, 02 novembre 2014 à 13:02 | | Répondre
  • Quelle rencontre et quelle évocation.

    Posté par Marilyne, 03 novembre 2014 à 14:18 | | Répondre
    • Récurrence d'un marché de la poésie... Quel homme et quels mots !

      Posté par Littér'auteurs, 03 novembre 2014 à 14:22 | | Répondre
  • C'est vraiment très beau. La poésie est une musique dont on ne se lasse pas.

    Posté par Anis, 03 novembre 2014 à 15:27 | | Répondre
Nouveau commentaire