19 juillet 2014

LES PLUMES DU SILENCE CHEZ ASPHODÈLE

le loup et l'agneau

Parmi les mots récoltés par Asphodèle, celui qui a immédiatement attiré mon attention - allez savoir pourquoi - c'est "agneau". Et la fable de Jean de La Fontaine m'a immédiatement trotté dans la tête. Alors, pourquoi pas remonter aux sources ? J'ai pris plaisir à pasticher les deux fables originales en y insérant les mots de la collecte : 

essentiel – réserve – regard – musique – félicité – observer – minute – nuit – agneau- son – muet – apaiser – méditation – angoissant – justesse – jacaranda - jouer

Et voici ce que ça donne : 

 

LE LOUP ET L’AGNEAU – Un pastiche de la fable d’Ésope

 

Un loup, observant un agneau qui buvait avec félicité à une rivière bordée de jacarandas, voulut alléguer un prétexte spécieux pour le dévorer. C’est pourquoi, bien qu’il fût lui-même en amont, il l’accusa de troubler sa réserve d’eau, de l’empêcher de la boire et d’en entendre la musique. L’agneau, cherchant à l’apaiser et croyant qu’il jouait, répondit qu’il ne buvait que du bout des lèvres, et que d’ailleurs, étant à l’aval, il ne pouvait troubler l’eau à l’amont. Le loup, ayant manqué son effet angoissant, reprit : « Une minute, jeune effronté, l’an passé, une nuit, tu as insulté mon père. — Je n’étais pas même né à cette époque, » répondit l’agneau. Alors, sans un regard, le loup reprit : « Quelle que soit ta facilité à te justifier, je ne t’en mangerai pas moins. » Le petit animal en devint muet d’effroi et aucun son ne put lui échapper lorsque le loup l’emporta.
Cette méditation pleine de justesse montre qu’auprès des gens décidés à faire le mal la plus essentielle défense reste sans effet.

LE LOUP ET L’AGNEAU – La fable d’Ésope

Un loup, voyant un agneau qui buvait à une rivière, voulut alléguer un prétexte spécieux pour le dévorer. C’est pourquoi, bien qu’il fût lui-même en amont, il l’accusa de troubler l’eau et de l’empêcher de boire. L’agneau répondit qu’il ne buvait que du bout des lèvres, et que d’ailleurs, étant à l’aval, il ne pouvait troubler l’eau à l’amont. Le loup, ayant manqué son effet, reprit : « Mais l’an passé tu as insulté mon père. — Je n’étais pas même né à cette époque, » répondit l’agneau. Alors le loup reprit : « Quelle que soit ta facilité à te justifier, je ne t’en mangerai pas moins. »

Cette fable montre qu’auprès des gens décidés à faire le mal la plus juste défense reste sans effet.

 

LE LOUP ET L’AGNEAU – Un pastiche de la fable de Phèdre

 

Un loup et un agneau étaient venus au même ruisseau, pour apaiser leur soif sous les jacarandas. Le loup se tenait en amont et l'agneau plus loin en aval. Alors excité par son gosier avide, le brigand invoqua un sujet de dispute. « Pourquoi, lui dit-il, le regard enflammé, as-tu troublé mon eau en la buvant ? » Le mouton sortit de sa réserve et observa avec justesse : « Comment puis-je, loup, je te prie, faire ce dont tu te plains, puisque le liquide descend de toi à mes gorgées, pour m’emplir de félicité ? »  L'autre se sentit atteint par la force de la vérité : « Ne joue pas avec mes nerfs. Tu as médit de moi, dit-il, il y a plus de six mois. — Mais je n'étais pas né, répondit l'agneau. — Attends une minute, par Hercule ! Ton père alors a médit de moi, fait-il. Es-tu devenu muet ? Plus un son ne sort de ta bouche ! ». Puis, la nuit venant, il le saisit, le déchire, et lui inflige une mort injuste.
Cette fable essentielle a été écrite à l'intention de ces hommes angoissants qui oppriment les innocents pour des raisons inventées. Puisse un jour un amphion la mettre en musique pour qu’elle devienne méditation.

 

LE LOUP ET L’AGNEAU – La fable de Phèdre 

Un loup et un agneau étaient venus au même ruisseau, poussés par la soif. Le loup se tenait en amont et l'agneau plus loin en aval. Alors excité par son gosier avide, le brigand invoqua un sujet de dispute. « Pourquoi, lui dit-il, as-tu troublé mon eau en la buvant ? » Le mouton répondit avec crainte : « Comment puis-je, loup, je te prie, faire ce dont tu te plains, puisque le liquide descend de toi à mes gorgées ? »  L'autre se sentit atteint par la force de la vérité : « Tu as médit de moi, dit-il, il y a plus de six mois. — Mais je n'étais pas né, répondit l'agneau. — Par Hercule ! ton père alors a médit de moi, fait-il. » Puis, il le saisit, le déchire, et lui inflige une mort injuste.
Cette fable a été écrite à l'intention de ces hommes qui oppriment les innocents pour des raisons inventées.

 

LES PLUMES

Chez Asphodèle (ici) , son texte, et les liens vers ceux des participants : ValentyneDame MauveJacou33MarlaguetteSoène,Modrone-Eeguab , Mind The Gap,. SharonNunziJanick, CériatAlphonsineMartine27Célestine.  Pierrot BâtonMomo. LilouSoleil.

 


Commentaires sur LES PLUMES DU SILENCE CHEZ ASPHODÈLE

    Par Hercule, le monde est bien injuste et ta fable bien tournée ...
    Bonne journée Martine

    Posté par Valentyne, 19 juillet 2014 à 06:50 | | Répondre
    • Déjà au VII° siècle av-JC, ce monde fourmillait d'injustice si l'on en croit Ésope, le père de nos fabulistes. Décidément l'homme ne se refait pas !

      Posté par M. Littérauteurs, 20 juillet 2014 à 07:47 | | Répondre
  • J'aime beaucoup ce "jeu" chez Asphodèle, et je lis les résultats avec bonheur. Les styles sont tellement différents. L'idée de la fable est magnifique !

    Posté par Alphonsine, 19 juillet 2014 à 08:56 | | Répondre
    • Jouer avec les mots, leur donner sens et vie. C'est vrai que c'est un plaisir sans égal !

      Posté par M. Littérauteurs, 20 juillet 2014 à 07:49 | | Répondre
  • Tudieu, par Zeus et tous ses acolytes, je vois qu'amphion s'en mêle et je le retiens pour le scrabble !!! Sinon, quelle maestria Dame Martine à pasticher, parodier et jouer ainsi avec les mots, quel talent !

    Posté par Asphodèle, 19 juillet 2014 à 11:21 | | Répondre
    • Alain disait que "la parodie nous délivre d'admirer les autres"...
      À l'origine, la parodie était un texte composé pour être chanté sur une musique connue. C'est là que l'amphion a son plein rôle !

      Posté par M. Littérauteurs, 20 juillet 2014 à 07:54 | | Répondre
  • Ben alors, ce pauvre agneau aurait mieux fait d'aller boire à LAFONTAINE...bon ok c'est nul mais ton idée est originale et réussie !

    Posté par MTG, 19 juillet 2014 à 20:53 | | Répondre
    • La Fontaine n'avait, en son temps, guère été plus avenant envers ce tendre agneau ! Merci pour les encouragements !

      Posté par M. Littérauteurs, 20 juillet 2014 à 08:00 | | Répondre
  • Jolie variation et amphion m'était inconnu. Bravo.

    Posté par EEGUAB, 20 juillet 2014 à 07:36 | | Répondre
    • C'est "Amphion" (fils de Jupiter et d'Antiope) qui a aussi inspiré Alain : "je conçois un autre amphion, qui, à force de faire sonner sa lyre, remue les mots, qui sont comme des pierres plus sensibles".

      Posté par M. Littérauteurs, 20 juillet 2014 à 08:03 | | Répondre
  • vraiment excellent. Contente que mon mot t'ait donné tant dinspiration et cette idée de parodie.
    Bon dimanche

    Posté par Dame mauve, 20 juillet 2014 à 18:32 | | Répondre
    • Oui, merci Dame Mauve, d'avoir stimulé mon inspiration. Malheureusement les agneaux n'ont guère d'autre choix que de faire silence !

      Posté par M. Littérauteurs, 21 juillet 2014 à 10:15 | | Répondre
  • Tu pastiches formidablement bien
    Il y a eu et il y aura partout des victimes innocentes
    Bises de Lyon

    Posté par Soene, 21 juillet 2014 à 09:44 | | Répondre
    • Hélas... l'histoire de l'humanité n'est guère construite que sur l'injustice et l'innoncence bafouée.
      Merci Soene. Bises iséroises bien - trop - humides...

      Posté par M. Littérauteurs, 21 juillet 2014 à 10:13 | | Répondre
  • Belle inspiration que voilà et qui malheureusement illustre encore et toujours l'actualité...

    Posté par marlaguette, 22 juillet 2014 à 11:41 | | Répondre
  • Belle inspiration que voilà et qui malheureusement illustre encore et toujours l'actualité...

    Posté par marlaguette, 22 juillet 2014 à 11:42 | | Répondre
  • Belle inspiration que voilà et qui malheureusement illustre encore et toujours l'actualité...

    Posté par marlaguette, 22 juillet 2014 à 11:42 | | Répondre
  • Belle inspiration que voilà et qui malheureusement illustre encore et toujours l'actualité...

    Posté par marlaguette, 22 juillet 2014 à 11:42 | | Répondre
  • Belle inspiration que voilà et qui malheureusement illustre encore et toujours l'actualité...

    Posté par marlaguette, 22 juillet 2014 à 11:44 | | Répondre
  • est-ce que Marlaguette avait peur que tu te sentes seule? ou est-ce que son Ordi est pris de bégaiement?
    et
    Faut-il toujours une raison pour manger l'autre sinon que d'avoir faim, ou plutôt "aimer les bonnes choses"
    Joli composition pour ce billet

    Posté par patchcath, 27 juillet 2014 à 08:02 | | Répondre
  • J'aime tes deux versions qui enrichissent les textes originaux.

    Posté par ceriat, 02 août 2014 à 11:47 | | Répondre
Nouveau commentaire