18 mars 2013

LA POÉSIE DANS LE BOUDOIR : Ana Blandiana au Salon du livre 2013

                    printemps des poètes                    salon du livre

 

 

 

Le piège

Je le ferai ainsi :
Le miroir à la place de la pierre.
Et à la place du nom,
encore un autre miroir.
Ce sera comme un piège
Dans lequel vous tomberez
Enfin.
Peu m'importe que personne ne saura
L'endroit de ma tombe,
Lorsque vous irez vous pencher au-dessus d'elle
Curieux de voir
Qui y repose
Et où vous n'y verrez
Que vous-mêmes.

Anna Blandiana - L'architecture des vagues (in "Autrefois les arbres avaient des yeux") - 1990


06 janvier 2013

RENCONTRES POÉTIQUES : Jean-Paul Valla

LES TRABOULES

 

Calme sombre et vorace
La traboule est un pont
En notre âme caché

La traboule est un lieu
Et une idée

L'ouverture de ce qui compte
À ceux qui savent

Jean-Paul Valla ; Bande Passante, 
Éditions de Belledonne - 2012

 

Traboule_Lyon

 

"La poésie de Jean-Paul Valla découvre par le regard, dans l'émotion des rencontres, tout un univers. Comme un miroir de l'être, ses mots sensibles en appellent aux mythes et aux images. Passionné d'art et de livres, complice de la nature, découvreur des villes, chaque jour et pour lui une énigme. Poète, peintre, acteur dans la cité, Jean-Paul Valla parcurt dans ses poèmes, entre ombre et lumière, un chemin initiatique". Paul Vieuget, directeur de la Mison de la poésie Rhône-Alpes.

 

POÉTISONS

 

Le dialogue poétique est ouvert ! Laissez, en commentaire, un poème en réponse à celui-ci !

Règle du jeu ici.

Posté par C Martine à 00:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2012

RENCONTRES POÉTIQUES ; Isabelle Callis-Sabot

Absence

 

L'année s'est écoulée, me laissant bien songeuse,

Les mois ont défilé, si rapides, si courts ;

Pourtant la vie s'étire et l'espace se creuse

Nous séparant, hélas, un peu plus chaque jour.  

 

À l'encontre du temps, en retour, en arrière,

Je m'efforce d'aller, j'essaie de revenir.

Il me reste ce soir le triste anniversaire

Pour empêcher l'oubli, pour mieux le contenir.

 

Tu m'offres cependant la chance inespérée

De te voir apparître au milieu de mes nuits ;

Mais ta visite est brève alors, désemparée,

Je m'accroche en pleurant au rêve qui s'enfuit.

 

                          Isabelle Callis-Sabot

 

16332_1255941912921_1060776071_30813262_2981626_n

 

Posté par C Martine à 06:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 novembre 2012

RENCONTRES POÉTIQUES : Paul Verlaine

L'amour est infatigable !
Il est ardent comme un diable, 
Comme un ange il est aimable.

L'amant est impitoyable,
Il est méchant comme un diable,
Comme un ange redoutable.

Il va rôdant comme un loup
Autour du coeur de beaucoup
Et s'élance tout à coup

Poussant un sombre hou-hou !
Soudain le voilà roucou-
Lant ramier gonflant son cou.

Puis que de métamorphoses !
Lèvres rouges, joues roses,
Moues gaies, ris moroses,

Et, pour finir, moulte chose
Blanche et noire, effet et cause ;
Le lys droit, la rose éclose...

Paul Verlaine, Chansons por elle et autres poèmes érotiques

amant

Jean Honoré Fragonard (1732 - 1806)
L'amant couronné

Posté par C Martine à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 novembre 2012

RENCONTRES POÉTIQUES : Serge Pey

Dialogue avec Jalâl ud Dîm Rumi (I)

Un plus un égale un

car deux est la séparation

 

La plus haute addition

soustrait car elle unit

 

Le nombre ne calcule pas

son unité

Il se renverse jusqu'à ne plus

se compter

 

Serge Pey
Rituel des renversemens
Poèmes soufis pour Michel Raji
danseur chorésophe

 

rumi-medium

 

Jalâl ud Dîm Rumi (1207-1273)

mystique et poète dont les disciples étaient chrétiens, juifs aussi bien que musulmans.

Posté par C Martine à 06:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2012

RENCONTRE POÉTIQUE ; Serge Pey

La nuit éblouissante est restée dans les fleurs
Une lumière terrible résonne dans un visage
Un petit dieu comme un accident
surgit dans un arbre
Il est le clown de la lumière
qui fait rire les corbeaux
La petite robe de la poupée
nous appelle de ses cerceaux
Nous cousons son sourie
à sa chemise
C'est la condition de l'infini

L'alphabet des trimards - Rougier V éd.

Infini_modifié-1

"Qui cherche l'infini n'a qu'à fermer les yeux". Milan Kundera
(L'insoutenable légèreté de l'être)

Posté par C Martine à 08:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,