28 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 27 & 28 mars "La nervosité de l' éclair

 

éclair

Deux réels en un. Non parce que j'étais plus nerveuse que de coutume, hier, mais peut-être la fébrilité des autres a-t-elle subitement accéléré mon rythme au détriment de mon espace-temps. Je n'ai rien pu faire en un éclair, parce que chaque moment était important et plaisant. Un atelier d'écriture/slam avec des enfants, une rencontre littéraire, une ludothèque itinérante… Ah si ! J'ai pu remarquer la nervosité d'une équipe municipale qui votait son budget. Ce n'est pas de la tarte ! Peut-être ont-il savouré, après mon départ, un petit gâteau de pâte de chou, fourré de crème pâtissière Ça requinque.

©Martine Littér'auteurs - 28 mars 2015

page FB

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 17 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

 

Prochain épisode : 29 mars ¨ Aujourd'hui ça change tout le temps.


26 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 26 mars ¨ Aujourd'hui j'éviterai de dire que.

 

2015

Révoltée, je lisais ça, ce matin. Je m'apprêtais à ne pas éviter de dire que les Hommes sont des criminels qui ne reculent devant aucune immonde justification pour se dédouaner de leurs exactions.

Et, cet après-midi, je suis tombée sur ça :

 

2015

Naoto Matsumura est le dernier Homme de Fukushima, animé par une philosophie qui lui fait considérer les espèces comme ayant des droits sacrés. Il a décidé de rester dans cette zone dangereuse pour s'occuper des animaux abandonnés sans soin dans un environnement irradié.

J'éviterai donc de dire que TOUS les Hommes massacrent la Planète.

©Martine Littér'auteurs - 26 mars 2015

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 17 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 27 mars ¨Aujourd'hui une personne nerveuse.

25 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 25 mars ¨Aujourd'hui un air en tête.

notes de musique

Elles s'intercalent entre deux pensées, jaillissent au beau milieu d'une phrase, se font entendre sous la douche. Elles reviennent en boucle dans mon esprit, plusieurs heures, voire plusieurs jours d'affilée, ou la nuit, dans une sorte de demi-somnolence. Elles me parasitent, ces mélodies chewing-gum qui se collent dans ma tête. Je les soupçonne d’être écrites, chantées et produites pour cela : une espèce de matraquage commercialo-marketing qui n’a rien à voir avec l’art musical. Leurs structures rythmiques sont tellement simplistes qu’elles se gravent dans mon cerveau aussi bien que sur un CD.

Ça vous le fait, à vous aussi ?

©Martine Littér'auteurs - 25 mars 2015

page FB

 

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 26 mars ¨ Aujourd'hui j'éviterai de dire que.

24 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 24 mars ¨ Aujourd'hui super héros

 

2015

Je vous laisse le choix...

© Martine Littér'auteurs - 24 mars 2015

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 25 mars ¨Aujourd'hui un air en tête.

23 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 23 mars ¨ Aujourd'hui toucher

 

2015

Touchée par cette pétition qu’une amie fait circuler : atteinte d’une tumeur qui a entièrement annihilé ses capacités motrices, elle vit depuis des années en fauteuil. Lorsque je l’ai rencontrée, mon fils aussi était dans cette situation (à laquelle il n’a pas survécu). Et je sais ce qu’est le parcours du combattant que doivent mener les personnes handicapées pour se rendre, dans une ville, d’un point à un autre, pour accomplir les démarches administratives inhérentes à leur invalidité. Un guichet unique et de proximité pour accéder à TOUS ses droits ? Cela existe en France et c’est en passe d’être supprimé !

© Martine Littér'auteurs - 23 mars 2015

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 24 mars ¨ Aujourd'hui super héros


22 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 22 mars ¨Aujourd'hui le bien le mal

2015

Certains, aujourd’hui auront bien voté, alors que d’autres auront mal voté. Mais ceux qui pensent qu’ils ont bien voté ont mal voté aux yeux des autres qui pensent qu’ils ont bien voté. Et ceux qui ont mal voté pensent qu’ils ont bien voté et que ce sont les autres qui ont mal voté. En tout cas, certains ont voté, d’autres n’ont pas voté.

Ils ont voté, et puis après ?

© Martine Littér'auteurs - 22 mars 2015

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 16 participants répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 23 mars ¨ Aujourd'hui toucher.

366 RÉELS À PRISE RAPIDE : règle du jeu et liste (non exhaustive) des participants

 

LOGO REELS

Les 366 réels à prise rapide correspondent à un exercice d’écriture inspiré des Exercices de Style de Raymond Queneau. Il s’agit d’écrire chaque jour un texte sur un thème proposé sous la forme “Aujourd’hui [quelque chose]“.

Les règles sont les suivantes : écrire sur le vif, ne pas écrire plus de 100 mots, rapporter des éléments réels de sa journée sans en inventer et sans se référer à un jour antérieur, suivre la thématique de la date correspondante.

Pas de chef d’orchestre, dans cette petite tribu de 18 « aujourd’huistes » que j’ai répertoriés et qui, comme moi, publient chaque jour leurs « réels ». Chacun écrit selon son inspiration quotidienne, en regard du thème imposé (ici). Pour les suivre plus facilement, j’ai établi cette liste non-exhaustive, dans l’ordre alphabétique du nom des blogs. Le lien (cliquez sur le nom du blog) renvoie à la page d'accueil. Si d’autres blogueuse[r]s souhaitent y ajouter leur plume,  ils sont bienvenus ! 


Chienne de vie
Comme il me plaît, Quand il me plaît
Des mots et des images
Destinée de pacotille
Domandalas
Histoires et Nouvelles
La Jument Verte
Les lectures d’Asphodèle
Les mots autographes
Littér’auteurs
Mijo Espace
Mon carnet à malices
My Name is Or
Passion Culture
Prudence Petitpas
Randonnez-vous dans ce blog
Rebecca Zartarian-Arabian
Un esprit sain dans un corps sage

 

Merci à Asphodèle pour son logo

Posté par C Martine à 15:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 21 mars ¨Aujourd'hui ce qu'il en restera dans un an

 

2015

L’histoire de la Terre jusqu’à l’apparition de mon premier ancêtre peut se résumer ainsi en vingt-quatre heures.

00 :08 : c’est une fille 
00 :50 : construction de l’arche
05 :00 : les antibiotiques, c’est pas automatique
13 :00 : enfin, on respire
21 :00 : sous les frondaisons
21 :22 : une petite friture ?
21 :40 : invention du Bayg*n
22 :20 : gardez votre sang-froid
22 :50 : naissance de Gertie
23 :40 : un bébé à venir
23 : 59 :30 : oh-iih-oh-iih-ooooh-iih-oh-iih-ooooh

4.548 milliards d'années. Alors, vous pensez ! Dans un an !!! Dérisoire !

© Martine Littér'auteurs - 21 mars 2015

FB


Les 366 réels à prise rapide correspondent à un exercice d’écriture de Raymond Queneau tiré des Exercices de Style. Il s’agit d’écrire chaque jour un texte sur un thème proposé sous la forme “Aujourd’hui [quelque chose]“.


Les règles sont les suivantes : écrire sur le vif, ne pas écrire plus de 100 mots, rapporter des éléments réels de sa journée sans en inventer et sans se référer à un jour antérieur, suivre la thématique de la date correspondante. La liste des thèmes et le règlement sont ici

La bande des "aujourd'hiens" et des "aujourd'huistes", répertoriée à ce jour (clic sur le nom de leur blog) :

Valentyne, sur son blog "La jument verte", Fred Mili, sur "Histoire et Nouvelles", Marlaguette, sur "Destinée de pacotille", Jacou, sur "Les mots autographes", Dominique, sur "Un esprit sain dans un corsage", Asphodèle, sur "Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture"Martine, sur "Mon carnet à Malices" Croc, sur "Des mots et des images", Rebecca Zartarian-Arabian, ICINadael sur « Les mots de la fin« . Prudence Petitpas, ICIMarie-Jo64, sur Mijo espace

Prochain épisode : 22 mars ¨Aujourd'hui le bien le mal.

20 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 20 mars ¨Aujourd'hui au pied du lit.

2015

Je vais prendre le thème du jour au pied… de la lettre, puisqu’au pied… du lit, jonchent des livres. Que j’ai lus, que j’ai abandonnés, que je voudrais lire… Ma bibliothèque ne se tient pas là ! Cette pile n’est qu’un petit échantillon. D’ailleurs, chez moi, les livres sont partout. Non, pas dans la salle de bains, ni dans la cuisine ; je les ai en trop grand respect pour leur faire prendre le risque d’être mouillés ou salis. Et puis, ceux qui accompagnent mes nuits tiennent agréablement compagnie aux moutons qui broutent de l’autre côté du pied… du lit.

© Martine Littér'auteurs - 20 mars 2015

https://www.facebook.com/martine.crasez


Les 366 réels à prise rapide correspondent à un exercice d’écriture de Raymond Queneau tiré des Exercices de Style. Il s’agit d’écrire chaque jour un texte sur un thème proposé sous la forme “Aujourd’hui [quelque chose]“.


Les règles sont les suivantes : écrire sur le vif, ne pas écrire plus de 100 mots, rapporter des éléments réels de sa journée sans en inventer et sans se référer à un jour antérieur, suivre la thématique de la date correspondante. La liste des thèmes et le règlement sont ici

La bande des "aujourd'hiens" et des "aujourd'huistes", répertoriée à ce jour (clic sur le nom de leur blog) :

Valentyne, sur son blog "La jument verte", Fred Mili, sur "Histoire et Nouvelles", Marlaguette, sur "Destinée de pacotille", Jacou, sur "Les mots autographes", Dominique, sur "Un esprit sain dans un corsage", Asphodèle, sur "Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture"Martine, sur "Mon carnet à Malices" Croc, sur "Des mots et des images", Rebecca Zartarian-Arabian, ICINadael sur « Les mots de la fin« . Prudence Petitpas, ICIMarie-Jo64, sur Mijo espace

Prochain épisode : 21 mars ¨Aujourd'hui ce qu'il en restera dans un an.

L'INSURRECTION POÉTIQUE DU PRINTEMPS DES POÈTES : Nâzim Hikmet

 

Dimanche

C'est dimanche aujourd'hui.
Pour la première fois, aujourd'hui
ils m'ont laissé sortir au soleil
et moi,
pour la première fois dans ma vie,
j'ai regardé le ciel sans bouger
m'étonnant qu'il soit si loin de moi
qu'il soit si bleu
qu'il soit si vaste.
Je me suis assis par terre
plein de respect
et j'ai collé mon dos contre le mur blanc.
Il n'est pas question en cet instant
de me jeter dans les vagues.
Pas de combat en cet instant
pas de liberté et pas de femme
Terre, soleil et moi
Je suis un homme heureux.

Nâzim Hikmet
Dimanche (1938), in C'est un dur métier que l'exil 
Éditions Le Temps des Cerises ; février 2014

 


2015

« Je suis né en 1902 
Je ne suis jamais revenu sur le lieu de ma naissance 
Je n'aime pas me retourner »

Et le « géant aux yeux bleus » ne revint jamais à Salonique...

Ambiance feutrée à Istanbul : Nâzim, enfant, est bercé par la poésie de son grand-père Pacha, un haut fonctionnaire ottoman, et par sa mère, Djélilé, artiste férue de culture française.

Révolté par l'occupation d'Istanbul par les puissances alliées après la première guerre mondiale, exalté par la lutte des paysans turcs pour l'indépendance et enthousiasmé par la révolution d'Octobre, il a tout juste vingt ans quand il part à Moscou, en 1922.

Il retourne en Turquie en 1924, après la guerre d'indépendance, mais, victime de persécutions, car c'est désormais un « rouge », il repart à Moscou en 1926 et multiplie les allers-retours.

Moscou bouillonne alors. Il y fait la rencontre de Maïakovski et des futuristes russes, dont l'influence bouleverse sa poésie, et travaille avec Meyerhold.

Communiste parce qu'il aime tout, passionnément, la liberté, son pays, son peuple et ses femmes, il devient le génie en exil de l'avant-garde turque.

De retour en Turquie, il est condamné en 1938 à vingt-huit ans d'emprisonnement, car il a publié, en 1936, un éloge de la révolte, L'Epopée de Sheik Bedrettin, ou le combat d'un paysan contre les forces de l'Empire ottoman. Il est libéré en 1949 grâce à l'action d'un comité international de soutien, formé à Paris par ses camarades Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso et Paul Robeson.

C'est avec ce dernier et Pablo Neruda qu'il partage en 1950 le Prix mondial de la paix. In absentia, car Hikmet, affaibli par une longue grève de la faim ainsi que de graves problèmes cardiaques, ne peut se déplacer à Varsovie, où la cérémonie a lieu.

« Une bien triste liberté »

 

Hikmet est constamment surveillé. Il échappe miraculeusement à deux tentatives de meurtre, mais ne parvient pas à être exempté du service militaire, qu'on lui demande d'effectuer à cinquante ans. C'est la guerre froide, et il milite contre la prolifération de l'armement nucléaire. Que faire si ce n'est fuir, se réfugier en Union soviétique, laissant femme et enfants ?

Devenu membre très actif du Conseil mondial de la paix, le poète chante l'Internationale, mais ne tait pas son rejet du stalinisme. Le « communiste romantique » célèbre la lutte, synonyme de vie, une liberté que ronge, selon lui, l'autorité.

Citoyen polonais suite à la perte, immense, de la nationalité turque, il voyage partout, pour tromper l'exil. En Europe, en Afrique et en Amérique du Sud seulement, car les Etats-Unis lui refusent un visa.

« Malgré le poids dans ma poitrine, 
Mon coeur bat toujours avec les étoiles lointaines »

Nâzim Hikmet meurt à Moscou en 1963. Son coeur a cessé de battre la mesure de la perte, mais le vent souffle toujours entre les arbres doux d'Anatolie, sur les visages de ses femmes, qu'il a aimées aussi fort que le monde.

 


2015

17e Printemps des Poètes 

 

7 au 22 mars 2015

 

 

 

L'INSURRECTION POÉTIQUE

 

 

 


"La poésie peut encore sauver le monde en transformant la conscience" Lawrence Ferlinghetti

 

Fait de langue, la poésie est aussi, et peut-être d'abord, « une manière d'être, d'habiter, de s'habiter » comme le disait Georges Perros. 
Parole levée, vent debout ou chant intérieur, elle manifeste dans la cité une objection radicale et obstinée à tout ce qui diminue l'homme, elle oppose aux vains prestiges du paraître, de l'avoir et du pouvoir, le voeu d'une vie intense et insoumise. Elle est une insurrection de la conscience contre tout ce qui enjoint, simplifie, limite et décourage. Même rebelle, son principe, disait Julien Gracq, est le « sentiment du oui ». Elle invite à prendre feu. 

Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes (il faut aller ici

 

Posté par C Martine à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,