01 janvier 2000

LITTÉR'ONAUTES

Clic sur le nom du blog ou du site

Bienvenue à Bouquinbourg, Soukee (blog)

Des mots et des notes, Anne (blog)

Lire & Merveilles, Marilyne (site)

Posté par C Martine à 20:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


DANS LE TERRIER DU LAPIN BLANC ; Juan Pablo Villalobos

Villalobos

Quatrième de couverture :

Il était une fois un petit garçon très intelligent passionné par les chapeaux, les dictionnaires, les samouraïs et la délicatesse infinie des sansculottes. Un jour, il se pique de doter son zoo privé d’hippopotames nains du Liberia, et qu’importe que l’espèce soit en voie d’extinction ! Il les aura car papa peut tout. Papa est riche et puissant : il travaille dans la cocaïne. Depuis la forteresse où il vit reclus avec son narcotrafiquant de père et sa cour, le “Candide” observe un monde fantasmagorique et pourtant réel qui répond au moindre de ses désirs. S’il paraît extravagant, il est plein, en vérité, d’une cohérence implacable : le caprice puéril n’est qu’une réplique en miniature de la démence adulte.
Puisant avec brio à la source de l’ironie pour bâtir ce court roman philosophique, l’auteur brandit le pouvoir subversif de la dérision pour pointer une violence mexicaine prégnante et l’affilier, surtout, à une longue tradition humaine. Il semblerait, en effet, que toutes les civilisations comptent leurs coupeurs de têtes et qu’il ne soit pas si rare que les petits lapins blancs se transforment en serpents à sonnette.

Présentation de l'éditeur :

Orphelin de mère, Tochtli est un petit garçon comme les autres qui a pour papa un héros. Son héros travaille : il fait commerce de cocaïne, il est très riche - ses doigts sont couverts de bagues en or et en diamants, et très puissant - quand il reçoit des invités (crapules associées, prostituées, politiciens véreux …) on ne sait pas s’ils sont encore des gens ou déjà des cadavres. Comme tous les enfants, il aime jouer. Avec les mots, les chapeaux, les sabres. Et il excelle au jeu des questions / réponses. Quelqu’un annonce une quantité d’impacts dans une partie du corps et l’autre répond : “vivant, cadavre ou pronostic réservé”. Par exemple “trente balles dans l’ongle du petit orteil du pied gauche ?” : “vivant”. Entouré d’une “bande de mecs”, il ne quitte jamais le terrier. Il a un précepteur qui lui enseigne l’histoire et la géographie et lui transmet son obsession pour le Japon, le code d’honneur des samouraïs, et pour l’histoire de France. Tochtli aime beaucoup les Français, si délicats, qui enlèvent la couronne du roi avant de lui couper la tête pour éviter de la cabosser. Quand il manifeste l’envie de visiter un zoo, papa lui achète un lion et deux tigres. Mais quand il s’agit d’un désir a priori impossible à assouvir, comme des hippopotames nains du Libéria en voie d’extinction ? On enfreint les règles de sécurité et on embarque pour une odyssée délirante et initiatique en direction de Monrovia. Papa peut tout. Rien ni personne ne lui résiste. Et cette omnipotence astronomique pèse lourd dans la construction de l’imaginaire de l’enfant, pour qui il n’existe aucune opposition entre le monde fantastique où tout est possible et le monde du réel. Mexicaniste jusqu’à l’absurde - les prénoms de tous les personnages comme l’enfant Tochtli : lapin, le père Yolcaut : serpent à sonnette, sont empruntés au dialecte náhuatl, la langue indigène la plus parlée au Mexique - l’auteur transpose cette violence prégnante dans d’autres cultures pour l’affilier à une longue tradition humaine. Il semblerait que toutes les civilisations comptent leurs coupeurs de têtes et qu’il ne soit pas si rare que les petits lapins se transforment en serpents à sonnette.


 

Posté par C Martine à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LITTÉR'AUTEURS PHILOSOPHES

Clic sur le titre de l'ouvrage

SÉNÈQUE ; Consolations

Posté par C Martine à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LITTÉR'AUTEURS POÉSIE

Clic sur le titre de l'ouvrage

DE SANDRE, Anna ; Un régal d'herbes mouillées

VINAU, Thomas ; Le trou

VINAU, Thomas ; Voyages immobiles

 

Posté par C Martine à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LITTÉR'AUTEURS JEUNESSE

Clic sur le titre de l'ouvrage (ceux qui sont chroniqués sont en italique)

BOUCHARD, André : Les lions ne mangent pas de croquettes

BRULET, Gilles : Haïku, mon nounours

COHEN-JANCA, Irène : Je veux un vieux Noël

DAVID, Gauthier & CAUDRY, Marie : Les lettres de l'ourse

DELECOUR François & CHAUSSADE Sophie : La famille Glagla

DE SANDRE, Anna & MIYAMOTO, Chiaki : Iris et l'escalier

GREVET, Yves ; L'école est finie

JEAN, Didier & ZAD : L'agneau qui ne voulait pas être un mouton

PENNAC, Daniel ; Le roman d'Ernest et Célestine

PENNAC, Daniel & LOUCHARD, Antonin : Sahara

PENNAC, Daniel ; L'oeil du loup

PIPE, Jemima ; La maison aux trésors

PITTAU, Franceso ; C'est dégoûtant

PORTAIL - KERNEL Vicky & KERNEL Cédric : Prunelle, La fille du Cyclope

PORTAIL - KERNEL Vicky & KERNEL Cédric :Prunelle, Le réveil des Géants

SANTINI, Bertrand ; Le Yark

SIMON CATELIN, Vanessa & BALDI, Brunella ; Peau de lapin

TARDIEU, Jean : Je m'amuse en rimant

 

Posté par C Martine à 20:19 - Commentaires [3] - Permalien [#]


LITTER'AUTEURS ÉTRANGERS

Clic sur le titre de l'ouvrage

ALMEIDA, Eugenia ; L'autobus

CARVER, Raymond ; Débutants 

COLLINS, Wilkie ; Seule contre la loi

FREUD Sigmund : Deuil et mélancolie

GIORDANO, Paulo ; La solitude des nombres premiers

LAGERDÖRF, Selma ; Le livre de Noël

LAZAR, Liliana ; Terre des affranchis

LINDGREN, Torgny : Bethsabée

MURGIA, Michela: Accabadora

MORRISON, Toni ; Beloved

OSORIO, Elsa ; Luz ou le temps sauvage

ROTH, Philip : Némésis

SEPETIS, Ruta ; Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

SEPULVEDA, Luis ; Le vieux qui lisait des romans d'amour

SKARMETA, Antonio : Une ardente patience

WASSMO, Herbjørg ; Cent ans

Posté par C Martine à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LITTÉR'AUTEURS FRANÇAIS

Clic sur le titre de l'ouvrage

AUBRY, Gwenaëlle ; Partages

CHALANDON, Sorj ; La légende de nos pères

CLAUDEL, Philippe ; Parfums

MICHAKA, Stéphane : Ciseaux

PENNAC, Daniel ; Journal d'un corps

PENNAC, Daniel & TARDI Jacques : La débauche

PENNAC, Daniel : Merci

PEY, Serge ; Le Trésor de la Guerre d'Espagne

VERLAINE, Paul : Chansons pour elle

Posté par C Martine à 19:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA BELLE AMOUR HUMAINE ; Lyonel Trouillot

image

Quatrième de couverture :

A bord de la voiture de Thomas, son guide, une jeune occidentale, Anaïse, se dirige vers un petit village côtier d’Haïti où elle espère retrouver les traces d’un père qu’elle a à peine connu et éclaircir l’énigme aux allures de règlement de comptes qui fonde son roman familial. Le caractère particulier de ce voyage encourage bientôt Thomas à prévenir la jeune femme qu’il lui faudra très probablement renoncer à une telle enquête pour faire l’expérience, dans ce village de pêcheurs dont il est lui-même issu, d’un véritable territoire de l’altérité où les lois sont amicales et flexibles, les morts joyeux, et où l’humaine condition se réinvente sans cesse face aux appétits féroces de ceux qui, à la manière du grand-père d’Anaïse et de son complice en exactions, le « colonel » – tous deux jadis mystérieusement disparus dans un incendie -, cherchent à s’octroyer un monde qui appartient à tous. Dans ce roman qui prône un exercice inédit de la justice et une fraternité sensible entre les hommes sous l’égide de la question : « Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ? », Lyonel Trouillot, au sommet de son art, interroge le hasard des destinées qui vous font naître blanc ou noir, puissant ou misérable, ici ou ailleurs – au Nord ou au Sud. S’il est vrai qu’on est toujours « l’autre de quelqu’un », comment et avec qui se lier, comment construire son vivre-ensemble sinon par le geste – plus que jamais indispensable en des temps égarés – d’accueillir, de comprendre ?


 

Posté par C Martine à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

UN REPAS EN HIVER ; Hubert Mingarelli

image

Quatrième de couverture

Ce jour-là, trois hommes prennent la route, avancent péniblement dans la neige sans autre choix que de se prêter à une chasse à l'homme décrétée par leur hiérarchie militaire. Ils débusquent presque malgré eux un Juif caché dans la forêt, et, soucieux de se nourrir et de retarder le retour à la compagnie, procèdent à la laborieuse préparation d'un repas dans une maison abandonnée, avec le peu de vivres dont ils disposent. Les hommes doivent trouver de quoi faire du feu et réussir à porter à ébullition une casserole d'eau. Ils en viennent à brûler les chaises sur lesquelles ils sont assis, ainsi que la porte derrière laquelle ils ont isolé leur proie. Le tour de force d'Hubert Mingarelli, dans ce roman aussi implacable que vertigineux, consiste à mettre à la même table trois soldats allemands, un jeune Juif et un Polonais dont l'antisémitisme affiché va réveiller chez les soldats un sentiment de fraternité vis-à-vis de leur prisonnier.


 

Posté par C Martine à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VIES IMAGINAIRES ; Marcel Schwob

image

Présentaton de l'éditeur :

De Borges à Pierre Michon, nombreux sont les auteurs qui, au XXe siècle, ont écrit à l'enseigne des Vies imaginaires. Au gré de sa fantaisie et de son érudition, Schwob réinvente dans ce livre unique le genre de la biographie, croquant par le menu une vingtaine de personnages, illustres ou méconnus, de l'Antiquité au milieu du XIXe siècle : l'acteur Gabriel Spenser, les assassins Burke et Hare, la «matrone impudique» Clodia, le «pirate illettré» Walter Kennedy, le «poète haineux» Angiolieri... Une délicieuse série de tableaux, dont Colette, s'adressant à Schwob, dira : «J'ai ici tes admirables Vies imaginaires, heureusement, et la perfection irritante de quelques-unes me fait mal dans les cheveux et des picotements dans les mollets. Tu ne connais pas ça, qu'on ressent en lisant quelque chose qui vous plaît trop ?»


 

Posté par C Martine à 18:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]