16 avril 2015

MARTINE GARDIENNE D'OIE

oie

Dans mon billet, hier, j'ai évoqué la présence d'une oie dans ma vie de petite fille. Certaines souhaitant connaître mes aventures, j'en ai fait texte ci-dessous.


Cette bestiole vivait dans la basse-cour familiale qu'elle partageait avec poules, pintades, canards, lapins et pigeons. La relation que j'entretenais avec tout ce petit monde était très étroite, alors que mes parents le considéraient plutôt comme de la viande à pattes. Dans un cas comme dans l'autre nous les entourions de soins attentifs : moi, parce que je les adoptais, mes parents parce qu'ils les engraissaient.

Ma mère prétendait que l'oie, pour revenir à nos… moutons, au point de tige, avait besoin d'air et d'herbe. Sans doute n'avait-elle pas tort, mais c'était à moi qu'incombait la charge de lui procurer ces deux ingrédients indispensables à sa bonne santé.

Il fallait remonter la longue allée qui traversait le potager, pour parvenir à un espace herbu destiné aux ébats de la demoiselle. Longue était l'allée, pour mes petites jambes de sept ou huit ans; long était le parcours parce qu'il fallait empêcher le volatile de prélever en passant les légumes qui nous étaient réservés.

À ce moment de mon histoire, je pense que vous, lecteurs, sentez l'irritation qui ascensionnait vers mon cerveau beaucoup plus vite que le palmipède claudicant qui me précédait.

Cahin-caha cependant, l'équipage arrivait à bon port. Je m'asseyais sur une grosse pierre, me saisissais du bout de tissu vert sur lequel paissait inlassablement un mouton devant une barrière et entreprenais mes fastidieux travaux d'aiguille.

L'oiseau se campait devant moi, tête haute et me fixait intensément. Jamais au grand jamais elle ne consomma un brin de verdure, toute occupée qu'elle était à me contempler, impassible. Je ne sais celui qui, du mouton ou de l'oie, m'exaspérait le plus ; le fait est que ma nervosité se muait petit à petit en crispation qui devenait progressivement fureur.

C'est l'oie, cet animal indigne et de surcroît narquois, qui faisait les frais de ma colère : prestement je la giflais, et sa tête au bout de son cou oscillait sans que leur propriétaire en prenne, en apparence, quelque ombrage. Alors, je réitérais mon geste : j'allais bien parvenir à la faire sortir de son impavidité !

Après quelques taloches, en effet, la belle au long cou commençait à se lasser ; elle ouvrait le bec, soufflait et … chargeait. Je n'avais plus qu'à prendre les jambes à mon cou, si je ne voulais pas me faire pincer les mollets. La longueur de l'allée, par un miracle que je me suis jamais expliqué, s'était considérablement raccourcie. Il n'empêche que c'est complètement essoufflée, avec une oie furieuse aux trousses, que j'arrivais devant ma mère qui, sans poser de question, m'appliquait une calotte pour venger la bête des camouflets que je lui avais infligés.

Bien sûr, le mouton ne nous avait pas suivies dans cette course-poursuite ! Il me fallait retourner le chercher. Dieu ! Que cette allée était longue !

©Martine Littér'auteurs - 16 avril 2015

Posté par C Martine à 08:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


15 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 15 avril ¨ Aujourd'hui je ne sais pas.

2015

La thématique du jour m'a reconduite aux frontières de mon enfance, dans ces moments délicieusement vides que les adultes ne supportent pas. Pour tromper l'ennemi, et peut-être l'ennui, je bredouillais "je ne sais pas quoi faire" à ma mère qui n'appréciait pas de me voir inactive. La réponse était instantanée : "Prends ton mouton, et emmène l'oie au pré". Je traduis : mon mouton était une broderie au point de tige que j'abhorrais ; quant à l'oie, elle était en chair et en plumes. Je l'abhorrais aussi, mais pour d'autres raisons que, sans doute, je narrerai un jour.

©Martine Littér'auteurs - 15 avril 2015 

 page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 16 avril ¨ Aujourd'hui faux et usage de faux.

14 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 14 avril ¨ Aujourd'hui sacs

2015

Moi monsieur, j'ai plus d'un tour dans mon sac, si vous voulez savoir !
Moi, madame, j'ai l'art de la malice, il faut m'en croire !

C'est bien connu, en Occident
Il ne sort du sac que ce qu'il y a dedans.

En Orient, et ce ne sont pas des bouffons
Le sac des désirs n'a pas de fond.

Mais au bord du Titicaca, ceux qui parlaient le uchumataqu
De leur sac n'ont jamais trouvé le cul.

Au réel d'aujourd'hui, j'ai sacrifié.
Sacrebleu, l'affaire est dans le sac.
Et je suis sacrément contente
D'avoir vidé mon sac.

©Martine Littér'auteurs - 14 avril 2015 

 page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 15 avril ¨ Aujourd'hui je ne sais pas.

13 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 12 avril ¨ Aujourd'hui ils vont bien ensemble & 13 avril ¨ Aujourd'hui une pièce particulière.

2015

Encore aujourd'hui, je vais faire du deux-ans-nain, mais les 12 & 13 avril de l'an 2015 vont bien ensemble, finalement ! Hier, en train de préparer un colis pour l'anniversaire de mon amie Polonaise, je m'aperçois que j'ai la place pour glisser encore quelque affiquet qui lui ferait plaisir : une paire de boucles d'oreilles ? Une paire de lunettes solaires ?

Znalazłem !

Są szalone galusowy !
Joluska et moi, allons vraiment très bien ensemble. Je lui ai offert une pièce particulière. Réels accomplis. 
Buska !

©Martine Littér'auteurs - 13 avril 2015

 

 page FB

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

 

 

 

Prochain épisode : 14 avril ¨ Aujourd'hui sacs.

 

11 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 10 & 11 avril / Tout ce qui brille & Moment professionnel

 

o-LUMIERE-MATIERE-facebook

Instit retraitée qui ne veut pas cesser de mettre ses neurones en mouvement, je suis correspondante de presse pour un quotidien régional. Aujourd'hui, j'ai rencontré Apollo, un petit bonhomme de presque 9 ans, pour évoquer la terrifiante maladie qui lui a été diagnostiquée il y a un an : la myopathie. Pour l'heure, il n'a perdu que peu de sa mobilité, si peu que pour s'apercevoir, il faut savoir. Petit à petit, ses muscles vont s'éteindre. Pourvu que les étoiles qui brillent dans son regard demeurent aussi vives et belles longtemps encore. Toujours. "Tous jours". Tous ceux de toute sa vie.

©Martine Littér'auteurs - 11 avril 2015

 page FB

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

 

 

Prochain épisode : 12 avril ¨ Aujourd'hui ils vont bien ensemble.


09 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 9 avril ¨ Aujourd'hui contre le mur.

2015

"La tristesse est un mur entre deux jardins" (Khalil Gibran).  

Alors, pour tenter d'égayer ce mur, et pour qu'il ne devienne pas de lamentations, je  le décore de photos. Des photos qui jalonnent mon histoire et celle de mon époux : les enfants, les petits-enfants.

Comme des sollicitudes mutuelles que les uns exerceraient sur les autres.

tendre vigilance,
affectueuse attention,
connivence silencieuse,
délicate dilection,
complicité quotidienne,
entente secrète.

Contre mon mur, personne n'est triste ; nous partageons les mêmes jardins, eux et moi. Les mêmes regards sur ce qui nous réunit au-delà des éloignements.

©Martine Littér'auteurs - 09 avril 2015

 page FB

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

 

Prochain épisode : 10 avril ¨Aujourd'hui tout ce qui brille.

08 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 8 avril¨Aujourd'hui itinéraire.

2015

Itinéraire : « chemin à suivre pour aller d'un lieu à un autre ». Ce soir, une douce et affectueuse pensée pour Germain (l'ami de mon fils) qui a entrepris de suivre (à pied, bien sûr) le chemin de Compostelle, au départ de Grenoble. Germain, qui me dit ce soir, par un bref SMS, qu'il est arrivé à Saint-Jean-Pied-De-Port et que demain, il franchit les Pyrénées pour entrer en Espagne. Il ne lui reste "que" 878,3 km à parcourir pour arriver au but qu'il s'est fixé.

"Qu'importe que nous empruntions des itinéraires différents pourvu que nous arrivions au même but". [Gandhi]

©Martine Littér'auteurs - 08 avril 2015

 page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

 

Prochain épisode : 9 avril ¨ Aujourd'hui contre le mur.

 

 

07 avril 2015

CAHIERS DU JOUR : 7 avril¨ Aujourd'hui laisser passer les petits papiers.

Voici l'amas de mes petits petits papiers anodins 

01

 

Et voici les fondamentaux

02

 

C'est cette deuxième liste que je ne veux pas laisser passer.

©Martine Littér'auteurs - 07 avril 2015

 

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 8 avril¨Aujourd'hui itinéraire.

 

06 avril 2015

CAHIER DU JOUR : 6 avril ¨ Aujourd'hui temps qu'il fait.

Aujourd'hui, j'ai joué à la maîtresse d'école, et j'ai noté la température. L'interrogation écrite a duré toute la journée. Une journée qu'elle a commencée à 7 h par un 0 pointé. J'ai demandé à mon élève de revoir sa copie et de refaire son évaluation.

De retour à 10 h, assez satisfaite :

10 H

 

Insuffisant ! Revenez dans une heure !

11

Elle a bien essayé de me faire du charme avec ses petits rameaux en fleur, mais ce n'était pas acceptable !

15

À 15 h, mon élève a donné son maximum.

Moyenne de la journée : 5,75…

De graves lacunes.

©Martine Littér'auteurs - 03 avril 2015

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

Prochain épisode : 7 avril¨ Aujourd'hui laisser passer les petits papiers.

05 avril 2015

CAHIER DU JOUR : 5 avril ¨ Aujourd'hui un mot que j'ai écrit.

2015

Au clair de la lune… Non, ce n'est pas là que je m'adonne à l'un de mes sports cérébraux favoris, mais devant mon ordinateur, théâtre de terribles joutes contre trois redoutables partenaires : S.H.A., que je pourrais aussi nommer H.A.S. ou encore S.A.H. À tour de rôle, l'une gagne et l'autre peste. Ces duels verbaux m'amusent autant que nos combats de lettres. Par curiosité, je suis allée chercher le meilleur des mots que j'ai posé : FÉROCITÉ ! Il m'a rapporté 176 points. Une certaine dirait peut-être qu'il est à mon image de scrabbleuse, mais je n'en crois rien !

©Martine Littér'auteurs - 03 avril 2015

page FB

 

Le règlement des "366 réels à prise rapide" et la liste des 18 participants que j'ai répertoriés à ce jour sont ici

 

Prochain épisode : 6 avril ¨ Aujourd'hui temps qu'il fait.