10 mars 2015

CAHIERS DU JOUR : 10 mars ¨ Aujourd'hui sentiment de déjà vécu

 

2015

Le thème du jour est pathétiquement réel et cruel. 14 janvier 1986 / 10 mars 2015. Le déjà-vécu est davantage qu’un simple sentiment. Vingt-neuf années séparent ces accidents d’hélicoptère qui ont entraîné dans leur chute des personnalités people. Au-delà de la tragédie et du drame, indubitables et infiniment accablants,  qui secouent notre microcosme sociétal, je me demande ce soir combien, en trente ans, de personnes sont décédées dans des accidents d’hélicoptère et dont on n’a jamais parlé. Le savez-vous ? Entre 2006 et 2014, 33 personnes y ont laissé leur vie. Les avons-nous pleurées comme nous pleurons aujourd’hui ?

© Martine Littér'auteurs - 10 mars 2015

https://www.facebook.com/martine.crasez


Les 366 réels à prise rapide correspondent à un exercice d’écriture de Raymond Queneau tiré des Exercices de Style. Il s’agit d’écrire chaque jour un texte sur un thème proposé sous la forme “Aujourd’hui [quelque chose]“.


Les règles sont les suivantes : écrire sur le vif, ne pas écrire plus de 100 mots, rapporter des éléments réels de sa journée sans en inventer et sans se référer à un jour antérieur, suivre la thématique de la date correspondante. La liste des thèmes et le règlement sont ici

La bande des "aujourd'hiens" et des "aujourd'huistes", répertoriée à ce jour (clic sur le nom de leur blog) :

Valentyne, sur son blog "La jument verte", Fred Mili, sur "Histoire et Nouvelles", Marlaguette, sur "Destinée de pacotille", Jacou, sur "Les mots autographes", Dominique, sur "Un esprit sain dans un corsage", Asphodèle, sur "Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture"Martine, sur "Mon carnet à Malices" Croc, sur "Des mots et des images", Rebecca Zartarian-Arabian, ICINadael sur « Les mots de la fin« . Prudence Petitpas, ICIMarie-Jo64, sur Mijo espace

Prochain épisode : 11 mars ¨ Aujourd'hui blanc.


Commentaires sur CAHIERS DU JOUR : 10 mars ¨ Aujourd'hui sentiment de déjà vécu

    Il s'en est fallu d'un cheveu encore pour que l'on parle de la même chose !!! Ce matin je n'ai pu m'empêcher de penser à D. Balavoine ! Mais après (dans mon réel), j'ai dévié... Le 14 janvier était l'anniversaire de ma grand-mère, décédée en ...1986, le 13 novembre à 84 ans, on n'en a pas parlé aux infos, elle n'était pas pipole !

    Posté par Asphodèle, 10 mars 2015 à 17:38 | | Répondre
    • Je n'ai pas pu m'en empêcher... et pas voulu, non plus. Bien sûr, comme beaucoup (parce que l'expression "tout le monde" ne signifie rien, à mon sens), je suis profondément et sincèrement attristée par ce drame. Mais ce qui me choque (et me gêne) c'est la communication médiatique qui en est faite. Ces personnes qui viennent de mourir dans une horrible catastrophe étaient surtout des êtres humains, avant d'être des stars, du sport ou autre. Elles avaient, comme tout un chacun, une famille et des soucis d'humains. Les mêmes, à leur niveau, que les tiens ou les miens. C'est ça que je voulais dire.

      Posté par M Littr'auteurs, 10 mars 2015 à 20:35 | | Répondre
      • Je suis entièrement d'accord avec toi pour ce qui est de la couverture médiatique voyeuriste ! D'autant que pour la plupart, ils n'en avaient pas (de couverture médiatique) eu autant depuis un bout de temps (je pense à F. Artaud), c'est revenir dans la lumière pour y mourir qui me chagrine le plus, car ne nous leurrons pas, ces émissions de télé-réalité pour vétérans ou "jeunes retraités" ne servent qu'à booster leur égo et éventuellement leur compte en banque. Pour Daniel Balavoine c'était différent, il était "investi" d'une mission ... Dans tous les cas c'est une mort stupide (quelle mort ne l'est pas me diras-tu ?), disons qu'elle aurait pu être évitée... Et ce sont toujours ceux qui restent qui ne s'en remettront pas et qui pleureront...

        Posté par Asphodèle, 11 mars 2015 à 12:23 | | Répondre
        • J'aime ton commentaire, Asphodèle. Booster leur ego et faire du fric... Si ce n'est ces morts, ça me débecte !

          Posté par M Littér'auteurs, 11 mars 2015 à 13:38 | | Répondre
  • Je ne connais personne qui soit mort en hélico, et j'avouerai que je suis beaucoup plus touchée par les morts civils des guerres ou ceux des famines... Quoiqu'il en soit, la mort est toujours tragique pour l'entourage.

    Posté par Dominique MB, 10 mars 2015 à 17:46 | | Répondre
    • Moi non plus, je ne connais personne qui ait subi ce sort tragique. Ces victimes, qui bien sûr ne sont pas complètement anonymes, n'ont de notoriété que parce ce qu'elles se sont distinguées (ou qu'elles ont été distinguées). Tous ceux que "nous ne connaissons pas" méritent, eu aussi, notre compassion. D'ailleurs, exceptés leurs proches, qui peut se targuer de connaître Florence Arthaud, Camille Muffat ou Alexis Vastine ? Nous n'en connaissions que leur image médiatique.

      Posté par M Littr'auteurs, 10 mars 2015 à 20:41 | | Répondre
  • Presque 30 ans ! déjà !
    "On est bien peu de chose
    Et mon amie la rose
    Me l'a dit ce matin..."

    Posté par Syl., 10 mars 2015 à 19:07 | | Répondre
    • Combien de personnes sont mortes dans le monde, le 14 janvier 1986, ou aujourd'hui, dans notre complète et probablement légitime indifférence ? Oui, tu as raison, Syl.... on est bien peu de chose....

      Posté par M Littr'auteurs, 10 mars 2015 à 20:44 | | Répondre
  • Certains ont la mort anonyme... D'autres l'ont nationale voir internationale...
    Mais ça ne change pas le résultat... Uniquement le nombre de personnes tristes...

    Posté par Val, 10 mars 2015 à 20:52 | | Répondre
    • mais, ça ne change pas le résultat, tu as raison.... Et le degré de tristesse ne se mesure pas au degré de notoriété

      Posté par M Littr'auteurs, 10 mars 2015 à 21:33 | | Répondre
  • C'est aussi, mon avis, Martine. Mais on a besoin de pleurer dans les chaumières (sans aucune intention méprisante de ma part), et les médias savent si bien y faire.
    Quoiqu'il en soit, ces disparitions sont brutales et regrettables; et nous renvoient à notre propre destin, je pense.

    Posté par jacou, 10 mars 2015 à 23:33 | | Répondre
  • Tu as raison Martine, de la même manière qu'on ne parle pas des enfants qui meurent de faim ou qui sautent sur les mines anti-personnelles...
    sauf que, qu'on le veuille ou non, nous sommes soumis aux médias et à notre mode d'information. Moi c'est la radio , et quand au flash de 6h30, les infos ouvrent là dessus, avec le nom de gens qu'on pense connaître (dont une fille de chez moi en plus) ou qui représente un morceau de la mémoire nationale, on est sous le choc. Nos émotions s'alignent sur les informations que l'on reçoit. S'il y avait eu des unes avec l'un des 33 morts en hélicoptère, où on nous parlerait des enfants, de leur vie etc...nous aurions notre petit shoot d'empathie...Tout cela n'est qu'une question de visibilité en fait.
    Je t'embrasse MArtine

    Posté par sous les galets, 11 mars 2015 à 06:47 | | Répondre
  • Complètement d'accord avec toi sur l'aspect médiatique, spectaculaire... n'empêche que j'ai vraiment été attristée par la mort de Florence Artaud, comme je l'avais été pour Balavoine...

    Posté par Nadael, 11 mars 2015 à 15:05 | | Répondre
Nouveau commentaire