03 novembre 2014

ENCYCLOPÉDIE DE L'ÉCHEC SENTIMENTAL - Khun San

Khun San - Encyclopédie de l'échec sentimental

ENCYCLOPÉDIE DE L’ÉCHEC SENTIMENTAL – KHUN SAN

Editeur : Asphodèle (28 décembre 2010)

Collection : NOUVELLES

90 pages

 

 

 

 

Ici, l’Apocalypse est simple, le Brouillard intime, le Ciel clandestin, la Déclaration amnésique, la Folie lucide, l’Histoire vraie, le Sens unique, …, le Zoo humain.

Ici, c’est l’ABéCéDaire du genre humain qui se décline au fil des pages de ce recueil de nouvelles. Vingt-six histoires courtes qui ne relatent pas des histoires d’amour, au sens où le titre pourrait le laisser croire.

L’échec sentimental, c’est la solitude de l’être. Un mot qui n’apparaît dans aucun des titres de ces nouvelles. Qui pourtant est omniprésent dans la vie des vingt-six personnages qui les habitent.

Ici, on mange, on boit, on coupe, on hache. Des macarons, du Musigny, des tomates, du basilic, du lait de chamelle, du thé, des testicules. On baise, on couche, on fornique. On croit s’aimer et on est sûr de se désaimer. Mais la chair est morte, comme celle que fantasme une jeune femme en regardant les mains de son compagnon qu’elle imagine boucher, « plongées dans des masses de chair »

Ici, la sexualité est ubiquiste, à fleur de peau, mais jamais extatique. « Je verse [le vin] sur mon ventre, forcément il le lèche, enfonce sa langue et ça continue comme tous les soirs. Ce n’est pas si mal au fond, c’est juste qu’avec le chinois je jouis » (Brouillard intime).

Ici, les mots sont rares, presque insolites. « …, dit l’homme tranquillement et sans accent ». (Folie lucide).

Une nouvelle que j’aime beaucoup, c’est Lunettes noires. Elle résume l’ensemble du recueil : « Entre la vie et moi il y a un nom ». Ce nom qui s’interpose entre la vie et le personnage, qui fait tout comme lui et « met des lunettes noires ». Ce nom qui rend impossible le rapport à autrui, qui définit le moi comme la seule réalité. L’autre existe-t-il ?

À la fin de la lecture de ces vingt-six nouvelles, on est [presque] convaincu que – NON – il n’y a pas « d’autre » que soi-même. Avec un peu de recul et de discernement, je me suis dit que, malgré tout, l’autre, c’est quand même bien qu’il existe et que je le reconnaisse. C’est convier la philosophie cartésienne, qui, dans l’épreuve du doute, met en question l’existence de toute chose dans la mesure où ceci pourrait n’être qu’illusion. Et pour m’obstiner à étaler ma culture, je ferai appel à Jean-Paul Sartre dont tout le monde connaît la célèbre phrase : « L’enfer, c’est les autres », qu’il a expliqué ainsi : « Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut être que l’enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont, au fond, ce qu’il y a de plus important en nous, même pour la propre connaissance de nous-mêmes. Nous nous jugeons avec les moyens que les autres nous ont fournis. Quoi que je dise sur moi, quoi que je sente de moi, toujours le jugement d’autrui entre dedans. Je veux dire que si mes rapports sont mauvais, je me mets dans la totale dépendance d’autrui et alors en effet je suis en enfer. Il existe quantité de gens qui sont en enfer parce qu’ils dépendent du jugement d’autrui »..

Un superbe recueil, dans lequel je me replonge très souvent. Une belle révélation que cette auteure. Lauréate des 2èmes Gouttes d'Or de la nouvelle (2008), organisée par l'association Du souffle sous la plume, Khun San reste pour moi une mystérieuse nouvelliste que j’ai eu plaisir à rencontrer et découvrir.

Une participation au MOIS DE LA NOUVELLE, chez Flo (ici)

Posté par C Martine à 09:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur ENCYCLOPÉDIE DE L'ÉCHEC SENTIMENTAL - Khun San

    Quand on voit les différents aspects par lesquels t'a fait passer cette lecture et la "morale" (ou la non-morale) de l'histoire, on se dit qu'il faut le lire !!! Je suis de moins en moins nouvelles (et j'en ai pourtant dans ma PAL), il va falloir que je renoue avec le genre... Je note celles-ci en tous cas, ta référence à Sartre est imparable !

    Posté par Asphodèle, 03 novembre 2014 à 13:43 | | Répondre
    • La nouvelle, c'est pour moi, un bref et intense moment de lecture (quand elle est bien écrite). Et c'est grâce à Flo,qui me secoue régulièrement que je m'y plonge ! Non-morale, tu as raison. Khun San ne dénonce pas, ne juge pas ; elle dit. C'est simple, c'est vigoureux. Vraiment, j'ai adoré ! Juste quelques lignes, et elle va à l'essentiel de l'être ! Un bijou !

      Posté par Littér'auteurs, 03 novembre 2014 à 14:13 | | Répondre
  • Ce que je lis ici est fascinant. Je ne sais si j'oserai plonger dans le mystère.

    Posté par Marilyne, 03 novembre 2014 à 14:22 | | Répondre
    • Oh si, Marilyne ! Je ne doute pas un seul instant que tu pourrais ! Très prochainement entre tes mains !

      Posté par Littér'auteurs, 03 novembre 2014 à 14:24 | | Répondre
  • J'aime beaucoup ton billet (évidemment, si tu cites Sartre...) mais je ne crois pas que ce recueil serait pour moi, notamment à cause de l'écriture. Tant pis (ou tant mieux pour la LAL ;p)

    Posté par Flo, 05 novembre 2014 à 17:23 | | Répondre
  • Bonjour Martine, je découvre ce billet grâce à Flo Je ne connais pas cette auteure et ce recueil m'intrigue...

    Posté par Naïk, 10 novembre 2014 à 23:25 | | Répondre
Nouveau commentaire