28 janvier 2014

LA LUMIÈRE VOLÉE, Hubert Mingarelli

LA LUMIER VOLEE MINGARELLI

La lumière volée
Hubert Mingarelli
Folio Junior. 2009. 140 pages. À partir de 12 ans.

 

 

 

Varsovie. 1942. Deux gosses. Deux mômes. Juifs.

Élie, onze ans, est venu trouver refuge aux côtés de Josef Cytrin auquel il se confie, quand l’ombre arrive et que les coups de feu retentissent dans la nuit. Il a quitté le ghetto et ne trouve sécurité nulle part ailleurs qu’auprès de Josef qui repose sous une stèle. Si, il y a aussi Clara qui lui fournit subsistance. Élie est orphelin. Son père lui a laissé quelques subsides qui lui permettent de payer ses repas.

Gad, à peine plus âgé. Un szmugler. Il vit dans le ghetto que, chaque matin, il quitte pour trafiquer et ramener à ses occupants de quoi s’alimenter un peu.

Ces deux gamins vont voler quelques nuits à la mort. Dans un cimetière. Adossés à une tombe. Quand l’ombre les enveloppe et que les coups de feu retentissent dans la nuit, toujours plus près de leur repère.

Le premier est encore un enfant, ingénu. Le second est déjà, aux yeux de la guerre qui sévit, un vaurien. Leur rencontre est émouvante et tragique. Chacun apporte à l’autre une part de son désir de vie. Jusqu’au bout de leur vie. De leur lumière.

Hubert Mingarelli a publié ce roman en 2009. Son écriture n’avait pas atteint la puissance qui s’exprime dans ses derniers opus, destinés aux adultes (Un repas en hiver, Quatre soldats). Pourtant. Serrements de cœur. Émotion. Poésie. Littérature. De l’authentique, de l’essentielle. De celle qu’il faut lire, sans modération. À partir de 12 ans, peut-être. Mais bien après, aussi. 

 

Posté par C Martine à 14:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Commentaires sur LA LUMIÈRE VOLÉE, Hubert Mingarelli

  • Je note parce que tu me mets l'eau à la bouche et que j'adore cet auteur (je suis en train de lire son nouveau roman sorti au début du mois).

    Posté par jerome, 28 janvier 2014 à 21:02 | | Répondre
    • J'aime bien, lorsqu'un auteur me séduit (et c'est le cas de Mingarelli), remonter dans les écrits antérieurs. Ce roman ado est d'une facture qui prédisait cette plume qui, j'espère, n'est pas à son apogée.... parce que j'ai encore envie de découvrir du Mingarelli nouveau....

      Posté par Martine, 28 janvier 2014 à 21:20 | | Répondre
  • On doit retrouver un peu l'atmosphère de "un repas en hiver". J'ai tellement aimé son écriture que je le relirai volontiers.

    Posté par aifelle1, 29 janvier 2014 à 05:59 | | Répondre
    • Jusqu'à présent, je ne me suis pas lassée de lire cet auteur. Mais je suis une débutante. Je m'apprête à lire "l'homme qui avait soif", son dernier sorti.

      Posté par C Martine, 29 janvier 2014 à 07:48 | | Répondre
Nouveau commentaire