16 juin 2013

LA POÉSIE DANS LE BOUDOIR : Anne Bihan

Au marché de la poésie, j'ai fait de belles rencontres. Celle d'Anne Bihan, notamment. Je tournais et retournais devant le stand des Éditions Doucey, aux tentations plurielles, je prenais un livre, le feuilletais, le reposais, m'absorbais dans un autre recueil, revenais au premier... et voyais croître ma pile d'achats. Un ouvrage à la couverture bleu océan appelais mon regard et attirais mes mains. Je me suis finalement décidée à l'ajouter à l'amoncellement, quand j'ai entendu un "oh merci" qui m'a fait lever les yeux sur une très discrète dame : Anne Bihan ! 

Poète et dramaturge, Anne Bihan vit en Nouvelle-Calédonie après une enfance passée en Bretagne, entre fleuve et océan, Loire et Atlantique dont elle arpente les îles : Arz, Hoëdic, Houat, plus tard Bréhat… Puis ce sera Saint-Nazaire, ville portègne et ouvrière, et Douarnenez – Douar-an-Enez, la terre de l’île –. Avant Houaïlou, sur la côte Est de la Nouvelle-Calédonie, et Nouméa où elle réside aujourd’hui. Et quand elle parle de ses deux attaches, la Bretagne et la Nouvelle-Calédonie, l'émotion est manifeste. Anne Bihan, c'est de la douceur, de l'humilité, de la délicatesse.Je la remercie pour la belle dédicace qu'elle m'a offerte.

Douarnenez Eugène Boudin

Eugène Boudin - Douarnenez, la baie vue de l'île de Tristan - 1897

 

Deux ciels s'épousent à la césure des mers

de l'un je reconnais la langue goémonière
de l'autre les voix ouvertes à qui suit ses chemins

de l'un les pierres debout les nuits de grande lune
de l'autre les vallées qui puisent dans la chaîne

de l'un ce fleuve cette île le vent fort ce matin
la pâque du clocher qui sonna pour les miens
le père parti trop tôt la mère dans la violence
d'un novembre d'orage
le chant d'un coquelicot tremblant sur son corsage

de l'autre ce Noël flamboyant de soleil
d'amour de joie têtue d'étreintes enfantines
cette petite fille surgie sous ses ombrages
riant sous le manguier
où ses frères jouent à vivre dans d'autres paysages

il est des monnaies-plumes
des monnaies-coquillages
papillons notos et passereaux
dents poils de roussette et sapi-sapi
cauris couteaux fibres de cocos

deux pays s'étreignent là où je m'assemble
ce cahier est sans retour.

Anne Bihan - Extrait de ' Ton ventre est l'océan ' - Éditions Bruno Doucey - 2011

Anne Bihan

 

POÉTISONS


Le jeu

Poétisons ensemble...

La règle du jeu est ici.

Plus nous serons nombreux à faire parler la poésie, plus elle restera vive, créatrice et porteuse de beauté.

 

 

 

 


Commentaires sur LA POÉSIE DANS LE BOUDOIR : Anne Bihan

  • C'est très beau ! A la fois des choses sombres et des choses très gaies et douces.La nuit, l'incendie, extraits, poésie inédite que j'ai trouvée sur internet mais qui n'est pas publiable. De mon côté ce matin je continue sur Sylvia Plath.

    Posté par Ann.rct@laposte., 16 juin 2013 à 10:31 | | Répondre
  • Pour voir les plaines de lumière
    tu serais capable
    de chevaucher un papillon !
    (Origasa Bishû)

    Posté par Anne, 16 juin 2013 à 11:37 | | Répondre
  • Je trouve votre idée fantastique et oui, vous avez raison de rendre hommage à ce bel art lyrique. Bonne soirée.

    Posté par Philisine Cave, 16 juin 2013 à 20:08 | | Répondre
  • Je marche parmi le treillis
    régulier
    des rues

    humant les déchirures fossiles
    de la ville
    que les années ont reprisées
    comme une bure

    à l’horizon des cours
    parfois
    semblable à un passant
    tranquille
    un habitué du quartier

    apparaît une étrave
    et glisse le cargo


    Antoine Choplin - Les cargos glissent à l'horizon des rues- Ed Cénomane

    Juste parce que c'était ma ville il y a longtemps....( St nazaire)
    Et que les mots d'Antoine Choplin résonnent en moi...

    Posté par laurence, 17 juin 2013 à 17:54 | | Répondre
Nouveau commentaire