20 janvier 2013

RENCONTRES POÉTIQUES : Raymond Carver

 

Lumière tendre

 

Après l'hiver, abattu, maussade,
j'ai fleuri ici tout le printemps. Une lumière tendre

a commencé d'emplir ma poitrine. J'ai sorti
une chaise. Je suis resté des heures face à la mer.

J'ai écouté les bouées et j'ai appris
à faire la différence entre une cloche

et le son d'une cloche. Je voulais
tout abandonner. Je voulais même

devenir inhumain. Et le l'ai fait.
Je le sais. (Elle pourra le confirmer.)

Je me souviens du matin où j'ai rabattu le 
     [couvercle
sur la mémoire et tourné la poignée.

L'enfermant pour toujours.
Personne ne sait ce qui m'est arrivé

ici, mer. Toi et moi seuls le savons.
La nuit, des nuages se forment devant la lune.

Au matin ils ont disparu. Et cette lumière tendre
dont j'ai parlé ? Elle a disparu aussi.

La vitesse foudroyante du passé
(Ultramarine, New York, Random House, 1986)
Éditions de l'Olivier (2008) - Traduit de l'anglais par Emmanuel Moses

 

monet

Ombres sur la mer à Pourville
Claude Monet (1882)

 

Le dialogue poétique est ouvert ! Laissez, en commentaire, un poème en réponse à celui-ci !

Règle du jeu ici.

POÉTISONS

Posté par C Martine à 04:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur RENCONTRES POÉTIQUES : Raymond Carver

    de pierre en pierre ou de poème en poème ce matin
    Après Serge Meurant je découvre Carver dont je connaissais les nouvelles mais pas les poèmes merci de cette découverte

    je paie ma dîme

    Ce que donne et prend la poésie ?

    Lorsque les phares du ciel à faible distance de ton avenir s'allument
    et que les réserves de vie amassées ne suffisent plus
    lorsque te ronge une tristesse qui n'arrive pas encore
    lorsque la douleur est sans nom sans couleur
    alors la poésie telle une main tendre touche ton front

    Katerina Anghelaki-Rooke Dans le ciel du néant

    Posté par Dominique, 20 janvier 2013 à 09:37 | | Répondre
  • Ah, l'un de mes préférés, le premier que j'avais invité à ces pages poétiques.

    " [...] Alors tout sera comme avant. Je jure
    que ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir, et encore.
    Oh, la semaine prochaine à cette heure-ci j'aurai oublié
    ce que je ressentais en écrivant ceci.
    Je ne me rappellerai pas que j'ai mal dormi
    et que j'ai rêvé un moment ce soir...
    pour me réveiller à sept heures, contempler
    l'orage et, passé le premier choc -
    reprendre courage. Réfléchir longuement
    à ce que je veux, ce à quoi je pourrais renoncer
    ou tourner le dos. Et ensuite le faire !
    Sans hésiter. Avec des mots, et des signes. "

    - Extrait de " Sortilège " -

    Posté par Marilyne, 20 janvier 2013 à 10:34 | | Répondre
  • Réveillé ce matin avec
    une envie terrible de reste au lit toute la journée
    et de lire. M'y suis opposé quelques minutes.

    Ai regardé la pluie à travers la fenêtre.
    Et lâché prise. Me mettant entièrement
    à l'abri de ce matin pluvieux.

    Serais-je prêt à revivre ma vie ?
    Avec les mêmes erreurs impardonnables ?
    Oui, si c'était seulement possible. Oui.

    Il faut seulement remplacer la pluie par la neige ce matin .. merci de m'avoir fait chercher, je trouve des textes éblouissants, je vais sérieusement me pencher sur la poésie de cet auteur.

    Posté par aifelle1, 20 janvier 2013 à 11:37 | | Répondre
  • Merci Dominique, Marilyne, Aifelle ! Quelle richesse que cet échange aujourd'hui !
    Et moi je viens de rencontrer Katerina Anghelaki-Rooke. J'adore !
    Alors ? on continue la semaine prochaine ? Essayez d'amener des copains et copines dans notre salon poétique du dimanche !

    Posté par Littér'auteurs, 20 janvier 2013 à 14:15 | | Répondre
  • J'arrive un peu tard, mais j'ai trouvé celui-ci :
    J’ai toujours voulu une truite de rivière

    pour le matin.



    Soudain, je trouve un nouveau chemin

    vers la cascade.



    Je commence à me dépêcher.

    Lève-toi,



    dit ma femme,

    tu rêves.



    *



    Mais alors que j’essaie de me lever

    la maison s’incline.



    Qui rêve ?

    C’est midi, dit-elle.



    Mes nouvelles chaussures attendent près de la porte -

    luisantes…

    (Je peux, dans mon billet de dimanche prochain, expliquer ton principe et faire référence à ton article de présentation, ton logo sur les rencontres poétiques ?)

    Posté par Anne, 21 janvier 2013 à 18:24 | | Répondre
    • Oh oui, Anne tu peux !!! D'ailleurs, tout le monde peut ! J'aime bien toutes ces sensibilités poétiques qui se réunissent ! Et plus nous serons nombreux, plus le florilège sera riche d'émotions.

      Posté par Littér'auteurs, 23 janvier 2013 à 07:09 | | Répondre
Nouveau commentaire