01 janvier 2000

LA VÉRITABLE HISTOIRE DU DERNIER ROI SOCIALISTE ; Roy Lewis

roi socialiste

Présentation de l'éditeur

Imaginons : en 1848, une révolution socialiste a imposé au monde civilisé un paradis égalitaire où les citoyens vivent depuis à l'abri des dangers d'une industrialisation débridée et de progrès corrupteurs. Dans certains pays comme l'Angleterre, le nouveau régime n'a cependant pas renoncé à... la royauté. C'est le destin de ces étranges souverains, dont le règne devait durer un siècle - jusqu'à la contre-révolution de 1949 qui signa l'avènement du progrès technique et de la consommation à outrance -, que raconte ici le dernier monarque socialiste, George Akbar I, roi d'Angleterre et empereur des Indes à la verve irrésistible.
Une fable philosophique pleine d'humour, d'humanisme et de sagacité, qui examine les mérites et les désastres comparés des utopies communisantes, du progrès et du libéralisme effréné.

Quatrième de couverture

Roy Lewis, l'auteur de Pourquoi j'ai mangé mon père (roman désopilant où il se livrait à une satire de la technologie et du progrès sous le couvert d'un récit préhistorique), récidive ici avec une joyeuse uchronie. Il imagine cette fois qu'en 1848 une révolution socialiste a imposé au monde civilisé un paradis égalitaire où les citoyens vivent désormais à l'abri des dangers d'une industrialisation débridée et de progrès corrupteurs. Or, dans certains pays comme l'Angleterre, le nouveau régime, mû par des raisons utilitaires, n'a pas renoncé à... la royauté. C'est le destin et le rôle de ces étranges souverains, qui règnent pendant un siècle - jusqu'au moment où, en 1949, une contre-révolution instaure le règne du progrès technique et de la consommation à outrance -, que raconte ici le dernier roi socialiste, George Akbar I, auquel Roy Lewis prête une verve irrésistible. L'amour n'est pas absent de ce récit qu'éclairent deux belles figures : Mina, l'épouse indienne imposée au roi par la raison d'Etat, et Léonie, militante active qui participe à la révolte. Mais au-delà de leurs destins et par le travers des péripéties multiples, c'est l'amer et souriant humanisme de Roy Lewis qui scintille dans cette uchronie où personne n'est épargné, ni les idéalistes à la dérive, ni les partisans d'un libéralisme immodéré, et où la confusion des intérêts et des idées reflète les remous de notre temps.

 

Posté par C Martine à 12:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LA VÉRITABLE HISTOIRE DU DERNIER ROI SOCIALISTE ; Roy Lewis

Nouveau commentaire